Baby-sitter, attention à l’arnaque !

Nous relatons une arnaque bien rodée et qui a fait l’objet dernièrement d’un article de Ouest-France :

babysitting-serviceDeux jeunes filles racontent comment elles ont échappé à une arnaque au mandat cash après avoir été contactées pour garder des jumeaux.

Attention quand on cherche à faire du baby-sitting. Certaines annonces sont des arnaques. Julie, 22 ans, est en master de valorisation du patrimoine, à Caen. En septembre, à la recherche de baby-sitting, elle s’inscrit sur un site dédié. « Début octobre, je reçois un mail dun monsieur marié, Français, vivant à l’étranger et travaillant pour la société Pétroleum. Il souhaite faire garder ses jumeaux de 3 ans, pendant trois semaines, à l’hôtel Mercure à Caen où il doit séjourner. Il me dit que sa femme enceinte est souffrante et qu’elle arrivera plus tard. »

Julie est d’autant plus contente qu’on lui propose d’être payée 16 € de l’heure. « Les parents m’envoient même une photo de leurs enfants et me donnent beaucoup de détails sur leur vie privée. » Tous les échanges ont lieu par mail. Le « papa » commence à expliquer à Julie, qu’il aurait peu de temps sur place. Il lui demande si elle peut réceptionner des jouets qu’il a commandés pour ses enfants ainsi qu’un ordinateur portable pour sa femme. Le tout, pour un montant de 2 000 €.

« Il me dit que je vais recevoir un chèque du même montant et me demande de déposer aussitôt le chèque sur mon compte, puis d’envoyer un mandat cash de 2000 € à tel nom, telle adresse et que les jouets me seront livrés. »

Témoignages sur Internet

Julie commence à trouver cela bizarre et va voir sur Internet. Elle tape le nom de famille et tombe sur un forum où elle découvre que d’autres personnes ont eu affaire au même, soit disant couple, mais sous un autre nom. « Le problème, c’est que certaines des jeunes filles qui témoignent se sont faites arnaquer », poursuit Julie. Elles ont en effet reçu un chèque et l’ont déposé sur leur compte. Celui-ci dans un premier temps est apparu créditeur. Les jeunes filles ont donc aussitôt envoyé un mandat cash du même montant. Sauf que le chèque était en bois. Elles se sont alors retrouvées à découvert. « Quatre jours après, j’ai reçu un autre mail de leur part, mais là, je n’ai pas répondu. »

Même scénario pour Émilie, 21 ans, étudiante à Paris. « Le seul souci, c’est qu’avant d’aller voir sur Internet où j’ai découvert le pot aux roses, j’avais rempli, à la demande du couple, une fiche avec mon nom et mon adresse. J’ai donc appelé le commissariat du XVIIIe arrondissement pour le leur signaler. Mais la policière que j’ai eue au téléphone m’a dit de ne pas m’inquiéter. »

1 Commentaire

Poster un Commentaire